Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

L’idée vient d’un accompagnement et d’une rencontre en dehors des murs de l’hôpital :

Les soins palliatifs ont pour objectif notamment, de préserver la meilleure qualité de vie possible des patients.

Comment traduire cette démarche professionnelle globale à travers l’expression artistique?

Grâce au soutien financier de l’ASP Oise, l’idée a pu être concrétisée.

La réalisation de fresques murales décoratives au sein l’Unité de Soins Palliatifs de Senlis fût une expérience hors du commun.

Madame Véronique BONNAND a travaillé deux mois en juin et juillet 2018 sur les vieux murs de l’Unité de Soins Palliatifs, avec une peinture non odorante et lavable. Le choix du thème s’est imposé rapidement après concertation : le jardin public véritable poumon vert avec ses multiples facettes, lieu de vie de la société et de loisirs variés, havre de beauté propice à la détente et au repos.

Le jardin du Luxembourg qui fût la trame de ce canevas, est, par excellence, le jardin parisien de la famille ; il est un lieu d’harmonie, de culture par rapport à une nature sauvage et indomptée.

Les fresques prennent place sur les murs de l’entrée et dans l’Unité de Soins palliatifs, créant une ambiance propice à la promenade pour les grands et les petits. Le premier tableau à l’entrée représentant une fenêtre ouverte sur un jardin, propose d’emblée un souffle, un temps de repos pour les patients, leurs proches, les soignants. Les diverses scènes peintes amènent ensuite les spectateurs dans des lieux abondamment fleuris, des allées calmes empreintes de sérénité entourées de bosquets avec de nombreux arbres remarquables, auprès d’un bassin ou les enfants rient de plaisir devant les mini voiliers qui filent sur l’eau, et au manège pour enfants « Jules Vernes ». Le parcours conduit au grand salon, pièce de vie, ouverte aux accompagnants de tous âges.

Le jardin permet ainsi de se retrouver devant la nature, les couleurs, la sérénité, où accompagnants et soignants s’adaptent, d’une chambre à l’autre, à chaque situation particulière.

L’art est un outil thérapeutique, il guide, stimule, console et ainsi, le peintre reçoit, travaille, lutte et ose. Cette collaboration de plusieurs semaines s’est faite avec beaucoup de respect de tous, tout en douceur, avec de multiples échanges. La peintre a fait partie de l’USP, à tel point, qu’une fois son travail terminé, un manque s’est fait sentir.

Il nous reste ses fresques, qui nous accompagnent au quotidien, et surprennent de manière agréable les nouveaux patients et visiteurs.