ASP Oise 

L’association pour le développement des Soins Palliatifs dans le département de l’Oise,

ou ASP Oise, est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 qui a été créée au début des années 1990, avec l’ouverture de l’Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Senlis.

Son siège social se situe à l’Unité de Soins Palliatifs, Groupe Hospitalier Public du Sud de l’Oise Site de Senlis, avenue Paul Rougé 60300 Senlis.

L’ASP Oise est membre de l’Union Nationale des Associations pour le Développement des Soins Palliatifs (UNASP), fédération qui regroupe 67 associations réparties sur tout le territoire français et outre-mer  et rassemble fin 2017 1850 accompagnants bénévoles en activité. Chaque membre adhère  à l’éthique définie dans la charte des soins palliatifs et de l’accompagnement et manifeste une volonté d’actions concrètes au bénéfice de personnes atteintes de maladies graves potentiellement mortelles et de leurs proches.

L’association a pour objectifs de :

  • Recruter, sélectionner, former, encadrer et soutenir les bénévoles d’accompagnement, agissant en collaboration avec les équipes soignantes.
  • Améliorer la qualité des soins donnés aux patients relevant des soins palliatifs en les accompagnants, en finançant du matériel, des formations…
  • Contribuer à la diffusion des Soins Palliatifs et informer le public.
  • Contribuer à toute action dans le domaine des Soins Palliatifs.

Des coordinatrices assurent le recrutement des bénévoles, organisent l’action des bénévoles auprès des personnes malades et de leur entourage, et assurent la liaison avec les équipes soignantes. Elles sont à l’écoute des attentes de chacun.

L’ASP assure la formation à l’accompagnement (formation initiale, formation continue) et le soutien continu des bénévoles.

La Formation initiale se déroule en plusieurs étapes :

  • Une rencontre de 2 heures, avec pour objectif de donner une information sur les buts de l’Association, les Soins Palliatifs et le bénévolat.
  • Une Session d’Initiation et d’Orientation SIO, organisée à Paris par l’ASP Fondatrice (2 jours). Les aspects généraux et théoriques des soins palliatifs et de l’accompagnement, de même que les éléments liés à la législation, à la vie associative y sont traités.
  • Une étape d’expérimentation accompagnée de 3 mois (parrainage).
  • Une Session d’Intégration SI, organisée à Paris par l’ASP Fondatrice (2 jours). Elle est centrée sur la pratique de l’accompagnement, sur l’échange et le partage d’expérience.

Les associations d’accompagnants bénévoles en soins palliatifs,

apolitiques et non confessionnelles, inscrivent leurs missions dans le cadre de la laïcité et de la neutralité de leurs bénévoles. Elles interviennent partout où se trouve la personne gravement malade dans le respect d’une convention (décret n°1004 du 16/10/2000) signée avec la structure de prise en charge en soins palliatifs.

L’association est organisée en 3 équipes (Chantilly, Creil, Senlis). Le fonctionnement de chacune s’adapte aux différences des lieux et des organisations de soins, dans le cadre de conventions signées :

  • Le Groupe Hospitalier Public du Sud de l’Oise GHPSO – Site de Senlis (Unité de Soins Palliatifs)
  • Le Groupe Hospitalier Public du Sud de l’Oise GHPSO – Site de Creil et site de Senlis (Auprès de l’Equipe mobile de soins palliatifs)
  • Le service de médecine de l’Hôpital Privé de Chantilly ou Clinique des Jockeys
  • Le centre gériatrique de Condé à Chantilly (SSR, USLD et EHPAD)
  • L’EHPAD « Fontaine Médicis » à Gouvieux
  • L’EHPAD de Liancourt

Par la présence de ses bénévoles, elle peut contribuer à l’amélioration des conditions de fin de vie dans un esprit de partenariat avec les professionnels de santé.

L’association souscrit aux principes des soins palliatifs que sont les principes d’humanité, de solidarité humaine, d’autonomie et de respect de la vie. Ses missions s’inscrivent dans le cadre de la laïcité et de la neutralité de ses bénévoles.

Elle inscrit ses interventions dans une logique de non abandon et de non marginalisation de la personne « en souffrance » , confrontée à la maladie grave , au grand âge, à la mort, au deuil et est ainsi la garantie d’un lien social qui témoigne de la nécessaire solidarité humaine envers la personne malade et ses proches.

« Accompagner quelqu’un ce n’est pas le précéder, lui indiquer la route, lui imposer un itinéraire, ni même connaître la direction qu’il va  prendre.

C’est marcher à ses côtés en le laissant libre de choisir son chemin et le rythme de son pas ».  Patrick Verspieren : « Face à celui qui meurt »

ASP Fondatrice